Le costume

To Left To Right

Le costume des hommes

LE CHAPEAU


Le chapeau

C’est le chapeau traditionnel en feutre noir et à large bord.

LA MAILLE

C’est une veste en laine tricotée à la main avec des petites aiguilles n° 2 ou 2 et demi, avec de la laine de pays (race locale de Thônes ou Marthod) non décatie c’est-à-dire avec le suint, ce qui rendait les mailles un peu plus rigides et étanches à la pluie).

Le costume des hommes

Ce gilet comporte un dos et des manches en côtes 1/1; des devants très travaillés (point de riz, point torse, zizag, croisillons, losanges, échelles, épis) et un plastron réalisé réalisé avec un point fantaisie ou au crochet.

Diverses astuces permettent d’obtenir des manches coudées et biens fermées aux poignets.

Les cotes, et les parures (col, poches) sont travaillées en couleur plus sombre que le corps, et rajoutées sur le gilet avec des bordures festonnées Les motifs du plastron sont divers (fleurs, feuilles, flocons de neige, edelweiss, épis de blé, etc….) sont également de couleur foncée. Le gilet est agrémenté de boutons de nacre.

Le costume des hommes

L’histoire veut que des fruitiers suisses de la région de la Gruyère soient venus vers 1860 aider les Savoyards à la préparation du fromage : ces fruitiers portaient des gilets dont se sont inspirées les Savoyardes.

LE GILET NOIR

LA CHEMISE BLANCHE

LE PANTALON NOIR

LES POMPONS

De couleur jaune et rouge, les deux couleurs du blason de FLUMET.

To Left To Right

Le costume des femmes

Le costume du Val d’Arly qui a entièrement disparu aujourd’hui, se portait autrefois dans tous les villages de la vallée, depuis Megève jusqu’à Ugine, savoir : Megève, Praz sur Arly, Flumet, Notre Dame de Bellecombe, Crest-Voland, Cohennoz, Saint Nicolas La Chapelle,Héry sur Ugine, et Ugine.
Voici le descriptif du Commandant Emile GAILLARD en 1941.

LA COIFFE

La coiffe se nomme « béguine » (ou « béguenne » « ou bédzenne »en patois). Elle est noire pour tous les jours, blanche pour les jours de fêtes ou les cérémonies.

La béguine se compose essentiellement d’un turban et d’un fond.

Le turban est fait de sept rangées de tulle superposées ; ce tulle est forment apprêté (amidonné) et ses deux bords sont gaufrés sur une largeur de deux à trois centimètres. Chacun d’eus est ensuite replié en deux dans le sens de la longueur, de sorte que leur ensemble présente une épaisseur de 14 gaufrages superposés dont on n’aperçoit que la tranche.

Ces diverses rangées n’ont pas toutes la même largeur ; les plus larges sont au centre ; ainsi la tranche totale, au lieu d’être droite, se présente sous une forme arrondie. De plus, chaque gaufrage diminuant de largeur en allant du centre vers les bords, le turban formé par leur ensemble vient mourir de part et d’autre de la coiffe, le turban ayant son plus grand développement dans sa partie centrale.

Le gaufrage est maintenu par un fil et les divers tulles gaufrés sont maintenus légèrement serrés l’un contre l’autre par un fil passé à mi-largeur.


Le fond de la coiffe est un tulle brodé et non empesé, noir ou blanc, suivant qu’il s’agit d’une béguine de tous les jours ou de fête. Les cheveux restent ainsi apparents sous le tulle.

La partie où le fond se raccorde au turban est cachée par un ruban de soie noire ou blanche de quatre centimètres de large et tourné sept à huit fois sur lui-même. Ce ruban fait le tour du fond de la coiffe, contre le bord intérieur du turban. En cas, ce ruban forme sur la nuque un noeud plat.

A Flumet et à Megève, ce noeud se prolonge par deux rubans qui pendent dans le dos d’environ trente centimètres. Cet ornement n’existe pas à Saint Nicolas et à Héry

Les cheveux sont coiffés en bandeaux plats ou relevés ; le chignon est dissimulé dans le fond de la coiffe.

La béguine de Flumet ne comporte pas de brides. Elle se porte très en arrière ; les oreilles restant visibles et les cheveux apparaissent tout autour de la coiffe. Quant au turban, il dessine comme une auréole très gracieuse autour du visage.

LE CHALE

Le châle a généralement 90 centimètres de côté ; il est carré et borde tout le tour par des franges légères
Le châle
prélevées sur l’étoffe. il est de soie ou de laine et de couleurs très variées, mais généralement ton sur ton et jamais multicolore ; il est souvent broché de motifs floraux.

Les châles blancs pour les mariages et autres cérémonies sont brodés en blanc, sauf certains châles de lainage à broderies vives.

Le châle est épinglé en haut du dos, sur la basque par trois plis à l’aide d’une épingle apparente, en dessous du col de la basque, après avoir été plié en diagonale. il est ramené en avant en enveloppant bien les épaules ;
Le châle
il couvre les bras presque jusqu’aux coudes. Sur le devant, il se porte écarté de manière à laisser voir le basque jusqu’au ruban du tablier, sous lequel les deux pointes du châle sont maintenues. Pour ce faire, le châle forme comme deux revers sur le devant, au lieu des plis habituellement fondus, dans les autres costumes de Savoir, sur la rotondité du corsage.

LE TABLIER

Le tablier est en soie noire unie généralement, parfois en soie de couleur sombre. Dans le bas, une large bande de vingt à vingt-cinq centimètres brochée de fleurs de couleur, rose, violet ou bleu, mais toujours d’une seule couleur. Ensuite, une bordure de quelques millimètres de même couleur.

Le tablier est monté à fronces plates sur une petite ceinture de trois centimètres de largeur, qui s’agrafe à la taille, il a environ 90 centimètres de largeur, et 85 de longueur ; il ne descend donc pas jusqu’au bas de la jupe, dont il laisse apparaître environ 20 centimètres

LA ROBE

Il est probable que très anciennement la robe du Val d’Arly était en un seul morceau, mais plus tard elle fut en deux pièces : la jupe et le corsage. Les deux pièces sont faites du même tissu de laine de couleur. Les couleurs préférées sont plutôt sombres ; la modestie étant la caractéristique de ce costume traditionnel.: le vert olive ou vert bouteille, le brun, le bordeaux avec des dessins géométriques plutôt petits et noirs. Pour le deuil la robe est entièrement noire.

LA JUPE

La jupe serrée à la ceinture, est très ample et très longue ; elle descend au-dessous de la cheville. Froncée par derrière à la taille, elle dessine de nombreux plis libres et non marqués. par devant, où la jupe est cachées par le tablier, elle est plate.

Deux galons de velours noir, de deux centimètres de largeur, séparés par un intervalle de deux à trois centimètres, soulignent la partie basse de la jupe ; le plus bas de ces galons est à cinq centimètres environ du bord inférieur de la jupe.

LE CORSAGE

Le corsage appelé « basque » parce qu’il comporte en effet des basques, qu’on appelle ici des « basquines », est très ajusté par derrière surtout et serré à la taille. Au-dessous de celle-ci, il s’évase par deux basques de quinze centimètres de longueur, séparées derrière par une fente et d’une ampleur suffisante pour dessiner de gracieuses ondulations.

Les manches sont montées à légères fronces à l’épaule ; sans être étroites, elles ne sont pas amples et descendent jusqu’aux poignets. Deux rubans de velours noir forment sur le poignet la même ornementation que nous avons vue au bas de la jupe ; ces galons sont disposés tout autour du poignet et ils sont un peu plus étroit que ceux de la jupe.

Sur le devant de la basque, un empiècement de velours noir la garnit entièrement, depuis le col jusqu’à la ceinture, sur près de vingt centimètres de largeur. Le col, de velours noir également,est droit et fermé ; il a environ trois centimètres de hauteur et il s’ornemente d’un léger dépassant de lingerie. Cet empiècement et le col peuvent être aussi d’un autre tissu que du velours, mais il tranche toujours sur le fond du corsage. La basque se ferme devant par des agrafes, une rangée de boutons ne sert que d’ornement.

Le costume des enfants

C’est la tenue traditionnelle similaire à celle des adultes.

Robe ou jupe et chemisier pour les filles. avec châle brodé et tablier.
la coiffe est une bonnette en piqué de coton blanc , jusqu’à l’adolescence.

Costume identique à celui des hommes pour les garçons, ou blouse d’écolier à la place de la maille qui est bien plus lourde et plus chaude.


Le costume des enfants