La croix


Comme bijou traditionnel, on porte dan le Val d’Arly et particulièrement à FLUMET, la grande croix en or assez ouvragée. Elle est maintenue par un ruban semblable à celui du tablier. Lorsque le ruban est serré, il l’est par un médaillon, jamais par un coeur qui ne se porte pas dans le Val d’Arly.

Dominique JOLY-POTTUZ bijoutier à MEGEVE, nous donne quelques précisions :
« Les croix de Megeve ont vu du pays. Elles étaient rapportées par des militaires originaires du village qui, au 18ème siècle, faisaient leur service à PIGNEROL, près de TURIN. Et pourtant ils n’étaient pas riches à l’époque, ces garçons du pays ! Mais c’est bien connu, quand on aime on ne compte pas … les sacrifices. Il l’achetaient en effet avec le montant de la solde de leurs sept années de service. Cette croix était un bijou de valeur puisque son prix était égal à celui de la noce qui rassemblait en moyenne quatre vingt personnes. Les conscrits gardaient jalousement entre eux l’adresse de l’orfèvre de TURIN qui les réalisait, car chaque vallée tenait à avoir sa croix.

Cette « croix grille » d’aspect carré, est ciselée. Le dessin d’inspiration bysantine représente des feuilles de papyrus. Initialement, pour toute décoration figurait au recto un Christ, finement sculpté, contrairement à celui des certaines croix des vallées voisines. Puis, au verso, sous l’influence de Saint François de Sales, une Vierge Marie a été ajoutée. Ce bijou était ensuite transmis à la fille la plus méritante. Dans les familles aisées, une deuxième croix, plus petite et carrée, était également offerte. »